Author Topic: Definition du miracle  (Read 2897 times)

Muhammed

  • Moderator
  • phpBB Alsunna Pioneer
  • *****
  • Posts: 79
    • Email
Definition du miracle
« on: 09, 27 »
Le miracle est un fait présentant quatre caractéristiques :

 1. Il est hors du commun. Ainsi, se poser sur la lune, quoiqu’extraordinaire, car étant le résultat d’une con-naissance et d’une avancée technologique jamais atteintes, n’est pas un fait hors du commun parce que cela est à la portée des êtres humains.

 2. Il constitue toujours un défi pour les mécréants. En effet, ils ne pourront jamais en faire autant.

 3. Il vient confirmer, appuyer et soutenir la véracité de celui qui se proclame Prophète.

 4. Il est impossible à imiter, à contrarier, à stopper ou à annihiler.

 Le miracle est de deux sortes :

 -           Celui qui survient au Prophète sans que les gens lui en fassent la demande

 -           Celui qui intervient sur demande

 Dans tous les cas, le miracle est un fait qui se manifeste par la Puissance de Dieu, pour confirmer celui qui prétend (véridiquement) la Prophétie.

 Quelques exemples de miracle

 Moïse (Mouça) jeta son bâton qui devint un véritable serpent; puis celui-ci avala les cordes dont s’étaient servi les magiciens pour subjuguer l’assistance. Après quoi le serpent se transforma à nouveau en bâton. Il fit aussi se fendre la mer pour laisser passer son peuple. Le tout avec la Volonté et la Puissance de Dieu.

 Jésus (^Iça), par l’imposition de sa main et en disant “Au Nom de Dieu” (Bismi_LLah), guérissait les malades atteints de vitiligo. Il ressuscita quelques morts, dont Lazare son compagnon. Le tout par la Création et la Volonté de Dieu.

 Abraham (Ibrahim) fut jeté dans un immense brasier qui devint froid et bienfaisant pour lui. Seuls ses liens furent brûlés, au contraire de lui-même et de ses habits.

 Salih répondit au défi de son peuple en faisant sortir d’un rocher dur et compact une chamelle et son petit.

 Mouhammad fit jaillir de l’eau (comme des sources) d’entre les doigts de sa noble main qu’il avait plongée dans un récipient; ce qui suffit aux besoins de 1’500 de ses compagnons, alors qu’ils se trouvaient dans le désert à court d’eau. Il remit en place l’oeil arraché de son compagnon Qatadah, fils de Nou^man, qui affirma par la suite ne plus savoir lequel avait été atteint.

Il y a bien sûr le Qour’an qui demeure, pour tous les temps, le plus grand des miracles. C’est un miracle continuel que nous avons encore entre nos mains, et que chacun peut constater aujourd’hui. Il nous est parvenu intact, et constitue un grand défi pour les mécréants qui ne pourront jamais écrire quoi que ce soit de semblable à la plus courte de ses sourates (chapitres). En effet, nous comprenons d’un verset du Qour’an :

  «Dis (Mouhammad) : - Si les hommes et les Jinn s’unissaient pour produire quelque chose de semblable à ce Qour’an, ils n’y parvien-draient pas, même s’ils s’aidaient mutuellement.» (Qour’an 17/88)

 Et depuis plus de 1’400 ans (années lunaires) le Qour’an n’a subi aucune altération et n’en subira point, car nous comprenons d’un verset du Qour’an :

 «En vérité, c’est Nous (Dieu) qui avons fait descendre le Qour’an, et c’est Nous qui le préservons.» (Qour’an 15/9)

 Par ses caractéristiques, le miracle diffère donc de tous les autres faits, aussi impressionnants soient-ils, tels que les prodiges des Saints, les séductions trompeuses du faux-Messie, la magie, etc.

 Autres faits differents du miracle