Author Topic: MOUÇA ^alayhi salaam  (Read 3828 times)

Muhammed

  • Moderator
  • phpBB Alsunna Pioneer
  • *****
  • Posts: 79
    • Email
MOUÇA ^alayhi salaam
« on: 10, 26 »
Notre maître Mouça ^alayhi s-salam fait partie de la descendance de Ya^qoub, le prophète de Allah. Il est né en Egypte où il a vécu un certain temps avant d'en sortir pour la quitter. L'Egypte était à son époque gouvernée par Pharaon qui était un mécréant.

            Notre maître Mouça et son frère Haroun reçurent la révélation et devinrent donc prophètes-messagers. Par la suite, Allah les a envoyés auprès de Pharaon pour l'appeler à l'Islam.

            Pharaon disait aux gens : « Je suis votre seigneur suprême ». Il possédait beaucoup de biens et ceci prouve que Allah donne le pouvoir à qui Il veut et qu'Il fait ce qu'Il veut.

            Pharaon avait auprès de lui une assemblée de magiciens ; il leur demanda d'affronter notre maître Mouça ^alayhi s-salam, le prophète de Allah. Ces magiciens défièrent notre maître Mouça en jetant des cordes qu'ils avaient avec eux et qui donnèrent l'illusion à une partie de l'assistance d'être des serpents. C'est alors que notre maître Mouça jeta son bâton qui se transforma, par la puissance de Allah ta^ala, en un véritable serpent vivant qui dévora leurs cordes.

            Les magiciens furent vaincus et devinrent croyants. Pharaon se mit alors en colère et menaça ceux qui avaient cru de leur infliger un châtiment et de les torturer. Mais ils restèrent musulmans après avoir vu le miracle de notre maître Mouça ; Pharaon les fit tuer et ils moururent martyrs.

            Pharaon était un tyran impitoyable et il y avait en Egypte des gens qui l'adoraient. Allah ta^ala envoya Mouça et Haroun qui sont au nombre des prophètes. Lorsqu'ils le rencontrèrent, ils l'appelèrent à l'Islam. Mais il ne crut pas en eux et ce, malgré les miracles qu'il avait vus.

            Alors notre maître Mouça quitta l'Egypte avec ceux qui avaient cru parmi les descendants de 'Isra'il. Ils étaient six cent mille. Ils arrivèrent jusqu'au bord de la mer. Pharaon les poursuivit pour les exterminer, il était accompagné de plus d'un million de combattants.

            Allah a révélé à Mouça de frapper la mer avec son bâton. Il frappa donc la mer de son bâton et la mer se fendit en douze brèches, entre chaque brèche se trouvait un passage ferme.

            Mouça et ceux qui l'accompagnaient s'y engagèrent. Puis Pharaon et sa suite arrivèrent et trouvèrent qu'il y avait des brèches dans la mer. Alors Pharaon dit : « Entrons dans la mer pour les rattraper ». Lorsqu'il pénétra dans la mer, Allah a ordonné à l'eau de se répandre et il fut englouti par les flots. Ainsi Allah ta^ala a anéanti Pharaon et sa multitude de soldats.

            Mais certains de ses adeptes dirent qu'il avait disparu et qu'il n'avait pas péri. C'est alors que Allah ta^ala a fait réapparaître son corps pourri et gonflé pour dévoiler leur mensonge.

            Notre maître Mouça sortit d'Egypte et se rendit au désert de Sayna' accompagné des croyants qui l'avaient suivi. Un homme parmi eux, nommé Mouça As-Samiriyy, égara certains de ceux qui avaient suivi Mouça ^alayhi s-salam. Ils devinrent ainsi mécréants.

            Notre maître Mouça avait laissé auprès de son peuple son frère Haroun qui était messager tout comme lui. Il lui dit : « Remplace-moi auprès de mon peuple car je vais partir en un lieu qui m'a été prescrit pour entendre la parole de Allah ».

            Alors notre maître Mouça se rendit en ce lieu et y resta quarante nuits. Lorsqu'il revint auprès de son peuple, il trouva que As-Samiriyy avait égaré une partie d'entre eux en les entraînant à adorer le veau.

            Mouça As-Samiriyy avait fabriqué pour les descendants de 'Isra'il, un veau d'or, il avait déposé dedans un fragment de l'empreinte du sabot de la monture de Jibril.

            En effet, lorsque Pharaon avait voulu s'engager dans la mer, Jibril se tenait sur sa monture et Mouça As-Samiriyy, le fourbe, avait aperçu l'endroit où la monture de Jibril s'était arrêtée. Il y avait pris un peu de terre et la plaça dans ce veau qu'il avait façonné d'or. Or Allah ta^ala a rendu vivant ce veau qui se mit à beugler comme un véritable veau. As-Samiriyy leur dit alors : « Voici votre dieu et le dieu de Mouça ». Une partie d'entre eux l'ont cru et ont adoré ce veau. Ils devinrent ainsi mécréants.

            Lorsque notre maître Mouça ^alayhi s-salam apprit ce qui s'était passé avec As-Samiriyy, il se fâcha énormément contre ceux qui l'avaient suivi. Puis il se saisit de As-Samiriyy et lui dit : « Regarde ce que tu as prétendu être ton dieu, envers qui tu t'humiliais, je vais le brûler et ensuite le jeter à la mer ». Ainsi notre maître Mouça le brûla et le jeta à la mer.

            Ensuite, notre maître Mouça choisit soixante-dix personnes de son peuple pour invoquer Allah. Ils furent alors pris de tremblements et moururent. Mouça invoqua Allah ta^ala en disant :

[sourat Al-'A^raf / 155] ce qui signifie : « Si Tu avais voulu, Tu les aurais anéantis dès au paravant, et moi avec. Vas-tu nous anéantir pour ce que des sots d'entre nous ont fait ? Ce n'est là qu'une épreuve de Ta part, par laquelle Tu égares qui Tu veux et Tu guides qui Tu veux ». C'est-à-dire que c'est Toi ô Seigneur Qui crée la bonne guidée et c'est Toi ô Seigneur Qui crée l'égarement, alors accorde-nous Ta miséricorde.

            Notre maître Mouça ^alayhi s-salam se mit en route avec son peuple jusqu'à ce qu'ils atteignent la Terre Sainte. Ils y trouvèrent un peuple de tyrans. Allah ta^ala dit :

[sourat Al-Ma'idah / 22] ce qui signifie : « Ils dirent : Ô Mouça, il y a là un peuple de tyrans et nous n'y entrerons pas tant qu'ils n'en seront pas sortis. S'ils en sortent, alors nous y entrerons ».

            Une partie des descendants de 'Isra'il s'adressa à Mouça :

 [sourat Al-Ma'idah / 24] ce qui signifie : « Ils dirent : Ô Mouça, nous n'y entrerons jamais tant qu'ils y seront. Va donc, toi et ton Seigneur, et combattez. Nous resterons ici ». Mouça se fâcha contre eux, invoqua Allah pour qu'Il les punisse et il les traita de grands pécheurs. Alors Allah les a punis en leur interdisant cette terre pendant quarante ans au cours desquels ils errèrent jour et nuit sur Terre.

            Notre maître Mouça ^alayhi s-salam resta encore un certain temps appelant à l'Islam, puis son frère Haroun mourut avant lui. Puis un certain temps après, l'ange de la mort vint prendre l'âme de notre maître Mouça ^alayhi s-salam.